À DEUX PAS

petite escale à Naples

J'ai passé deux jours à Naples, je n'en attendais rien et je suis rentrée comblée, dépaysée, tourneboulée. 

Naples, c’est de la musique dans les rues à toute heure, c’est le bruit de la vie. C’est le chant d’oiseaux qu’on ne voit jamais ; ça grouille, ça pétille. Naples, c’est les coups de Klaxons bienveillants, c’est les pavés glissants. C'est un petit piment rouge qui porte bonheur. C’est des bâtisses de toutes les couleurs, délavées, dépareillées. C'est du linge qui sèche à toutes les fenêtres, c'est l'odeur de la lessive en poudre. C’est des gnocchis, des pizzas à tous les repas. Naples, c'est les gens qui parlent fort, qui chantent presque ; c'est les gens qui n'hésitent pas à te venir en aide quand t'es perdue parce que la rue commence au numéro 9 bis quand tu cherches le numéro 8 ter. C'est la porte ouverte à toutes les fenêtres, c'est regarder chez les gens sans faire attention, c'est des appartements trop petits pour tout ce monde, c'est la famille au grand complet sans que personne ne se marche dessus. C'est un volcan qui s'habille de paillettes quand le soleil se couche et que le ciel vire au rose. C'est de la pluie tôt le matin histoire d'arroser les plantes et le ciel qui se dégage quand on met un pied dehors. C'est des dessins qui courent sur les murs des maisons. C'est un match de football qui réunit (vraiment) tout le monde et un but qui fait trembler la ville entière. Naples, c'est rouler en scooter sans casque, à trois ou quatre dessus ; c'est aussi une Fiat 500 XL quand on commande un taxi. C'est les bouquinistes, de la place Dante jusqu'à la petite place Bellini (pas le dimanche). C'est une musique en fond sonore peu importe l'heure et l'endroit, comme dans les films. C'est le marché jusqu'à pas d'heure et des bacs pleins de coquillages dans l'eau à tous les coins de rue. C'est les Baiocchi à moitié prix ; c'est des ruelles sans trottoirs. Naples est un bien joli labyrinthe dans lequel on a aimé se perdre. 

Naples, c’est un joyeux bordel comme on les aime.

C’est aussi les copines et les devinettes dans le carton des pizzas, les lapsus et les langues qui fourchent, le petit déjeuner sur le rooftop, c’est les yeux qui gonflent et les joues qui chauffent, la voix qui déraille aussi, c’est Vincenzo et les autres, c'est le sirop pour (ou contre) la toux qui fait dormir debout, c'est se retrouver au milieu de la fanfare sans faire exprès, c’est les selfies avec le kit main libre parce qu’on a le bras trop court, c’est les potins forcément ; à Naples on reviendra

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Comments (5)

  1. Coucou, ta description et tes photos me font vraiment envie ! Je n’aurais pas forcément pensé à Naples en top destination mais finalement, ça a l’air d’être une ville vraie et vivante. 🙂
    Et puis je vois à la fin que tu as passé un bon moment entre copines haha
    Bravo pour ton joli article 🙂
    Aurélie

    1. Salut Aurélie, merci ! Je ne suis que joie de t’avoir donné envie d’aller visiter Naples. Je n’avais pas mis cette destination dans ma liste de base mais l’occasion s’est présentée (le prix du billet) et quelle bonne surprise ! Vraie et vivante, c’est exactement ça 🙂 Fonce !

  2. Hello Angélique,

    Tes photos sont magnifique et ton article au top ! Ca me donne très envie d’aller découvrir Naples que je n’ai pas encore visité 😉

    A très bientôt !