AU-DELÀ EXPÉRIENCES

Thaïlande, semaine 2 : Koh Lanta, Koh Tao

Voilà mon journal de bord, tel quel.

KOH LANTA – LE 31 JANVIER

Petit déjeuner en pyjama sur la plage, du pain de mie et du miel achetés au 7eleven, des coquillages vivants autour. Aujourd’hui, on part tous les deux dans la jungle jusque la Khlong Chak Waterfall que l’on sait sèche mais dont la balade qui y mène serait sympa : 20 bath le parking, un guide qui propose ses services mais on décide de faire la rando comme des grands, sentiers délimités. Les pieds dans l’eau, le ruisseau, les lianes de Tarzan ; la cascade sans trop d’eau mais c’est joli. Demi-tour, petite terrasse en chemin, un iced tea ; il parait qu’on peut manger un peu plus loin. Pas de restaurant à première vue mais un centre de trek à dos d’éléphants et des éléphants enchaînés = tristesse, bêtise.

On remonte vers Khlong Chak Beach, en face : un bouiboui et du tofu en sauce et ses légumes pour 70 bath ; la plage n’est pas folle. On file directement vers Nuy Bay Beach, bien plus belle, sauvage, occupée par les singes pas loin. Sur le chemin du retour, des balançoires, des photos, instagramable. Dernière nuit au Bee Bee, des puces dans le sable.

KOH LANTA – LE 1er FEVRIER

Transfert au Pitt Bungalow pour une dernière nuit avant de partir on ne sait où encore : 200 bath la nuit pour deux + scooter à dispo.

La vieille ville de Koh Lanta : bijoux en argent, épices, fruits séchés, aloe vera et huile de coco, souvenirs. Puisqu’on étouffe : Nuy Beach, la beauté. On cogite sur la suite, Koh Tao pour mon anniversaire ? On reste une nuit de plus pour tout bien organiser, faire le tour des agences, obtenir le meilleur tarif. Ce soir, on retourne au restaurant des copines de Sam (la devanture jaune), on nous offre un bouillon, on nous ressert même, adorables. Au retour, je monte devant Antoine sur le scooter, comme une enfant, les mains sur le guidon j’accélère.

KOH LANTA – LE 02 FEVRIER

À 12h30, on a pris les tickets pour le trajet jusque Koh Tao : un minivan jusque Surat Thani puis un night boat jusqu’au port de l’île + la navette du bungalow jusqu’au minivan pour 1200 bath négociés à 1000 tout rond. Départ à 14h30 pour arriver à 05h00 le lendemain alors on rassemble les affaires, on remballe et emballé c’est pesé, on libère la chambre et on s’installe en terrasse, avancer un peu sur nos projets pros. À 14h, la navette arrive ; dans le minivan c’est sens dessus dessous et le chauffeur pédale au plancher comme si c’était une course contre la montre. Arrivés à 19h au port, le bateau est plutôt mignon (plus que sur les photos), à l’intérieur deux étages : au rez-de-chaussée la marchandise (des fruits, du riz, des tonnes de nourriture) et au 1er les couchettes : 10 petits centimètres de mousse, à même le sol, 1 petit mètre de large par personne et tous les matelas à la suite alors on s’installe tout au bout, contre le mur tous les 4 ; sauf qu’on a des places numérotées et qu’un couple russe vient nous déloger, en plein milieu. J’ai mon drap de soie, joie. Rendez-vous à 21h30 pour le coup de sifflet, en attendant : street market sur le port et nouvel an chinois. Bonne nuit, les paupières lourdes mais à 1h30, envie de faire pipi et ça tangue comme c’est pas permis, penser à un tsunami, sommeil en surface.

KOH TAO – LE 03 FEVRIER

À 5h, débarquer comme le soleil se lève, sac sur le dos, chercher où dormir ce soir (au moins) : visiter le Nat Resort, affreux ; croiser une mamie en chemin, nous emmener au SB Bungalow, pas beaucoup mieux, et puis les locaux semblent bien moins aimables qu’à Koh Lanta déjà. S’arrêter sur la plage, Mama O’Chai (encore une) : bungalow vintage, la Mama (mamie) a des airs de celle de Vaiana en plus svelte et moins bavarde, 400 bath la nuit pour deux, sur Sairee Beach. Maintenant allégés, envisager le sud de l’île : Chalok, partir en excursion ; entrer dans un club de Muay Thaï, parler avec Brendan, envisager d’assister à un cours tôt le matin. Entrer dans un club de plongée (il y en a mille, privilégier les centres certifiés PADI ; les prix sont les mêmes sur toute l’île), Antoine veut me voir vivre ça (il a déjà plongé, lui) ; c’est Manu qui nous recommande la résidence juste derrière : le Tropicana Resort, cheap et clean. On y jette un oeil, bungalow ou chambre pour 450 bath la nuit, confortable, la plage au bout du chemin, on réserve 3 nuits ici (après celle-ci chez Mama O’Chai). On marche (grimpe) jusque la Freedom Beach, sublime ; tout à côté la Taatoh Beach très cool avec le filet (et la balle) de beach volley, la slackline, les balançoires … Assez marché, on loue 2 scooters (des 125 cm3 en fait) : 150 bath par jour, pas cher, on book 1 jour, on signe un contrat, on laisse nos passeports, mauvaise idée (en face du restaurant I Love Salad Café). Rentrer, dîner chez Mama Piyawan’s (comme si manger chez Mama, nous rapprochait des nôtres), 50 bath le délicieux pad thaï, le smoothie mangue est dingue lui aussi ; petit marché à côté, les étoiles, la minuscule grenouille et l’escargot déguisé en bigorneau, au dodo.

KOH TAO – LE 04 FEVRIER

Joyeux anniversaire Angélique et petit déjeuner gourmand au Coconut Monkey, en tête à tête : cadre sympathique et petit déjeuner équilibré pour à peine 5 euros chacun / avant de transférer nos affaires de chez Mama jusqu’au Tropicana. Rendez-vous pris auprès de Manu – chez Diving Academy – pour la plongée, 2500 bath la leçon + plongée à 6 mètres et 1000 bath de plus pour plonger une seconde fois à 12 mètres, ce beau cadeau d’anniversaire. En attendant, l’ami sélectionne pour nous – sur la carte de l’île – les endroits où voir de belles choses en surface, en snorkeling. Aussitôt dit, aussitôt fait : Sai Daeng Beach, magnifique, la plus belle puis Shark Bay très belle aussi mais l’eau n’est pas aussi claire ; on aurait pu y croiser quelques requins pointes noires, on croisera quand même un belle grosse tortue (pour mon anniversaire) et 3 petits requins sous elle, des bancs de poissons aux milles facettes, des méchants dans le monde Némo, des néons bleus, c’est magique, avec le masque Décathlon comme un poisson dans l’eau.

On se rend au Whitening pour l’occasion : le cadre est fou, le Mojito passion aussi, tout y est. Rentrer comme on est venu – à pieds* – et croiser un petit singe attaché, envisager de le libérer et ne rien faire, peur de lui faire plus de mal que de bien, peut-être déjà trop domestiqué pour retourner – comme ça – à l’état sauvage, tristesse.

*à pieds plutôt qu’à moto, parce que le contrat et le passeport en otage, Jenna a dû débourser 5000 bath (150 euros environs) pour récupérer son passeport à cause d’une égratignure et d’un morceau de métal qu’on a pourtant pris le soin de recoller bien comme il faut, ni vu ni connu. On nous recommandera – trop tard – Otis : 250 bath, la copie du passeport suffit et pas de contrat (qu’on ne lira pas).

KOH TAO – LE 05 FEVRIER

Rendez-vous à 10h, moniteur français retenu ailleurs, plongée reportée à mercredi. Aller sur Banana Bay (succession de 3 toutes petites plages, dont Sai Nuan Beach), marcher, grimper, nager, halluciner : les poissons sont nombreux, petits et gros, tout autour des rochers, le corail bleu. Manger chez Cookies, pas cher même pour un resto de plage, très bon, mention spéciale pour la portion de fried rice. Randonnée, denivelés sans fin, épuisés, glace à la mangue au 7eleven, sur la plage, jouer avec les chiens, manger près du marché, un sticky rice au stand d’une (autre) petite mamie.

KOH TAO – LE 06 FEVRIER

C’est avec Pauline que l’on plonge aujourd’hui, formulaire et théorie, les poumons, les ballons de baudruche, départ en mer à 12h ; le matériel, la combinaison et à l’abordage. Aow Leuk d’abord (c’est plutôt sale, du moins dans l’eau : sauver une ou deux tortues, ramasser un sac plastique), le masque, le détendeur en place, les palmes aux pieds, la main sur le détendeur, deux doigts sur le masque et on saute, gonfler le gilet, flotter. Au bord, à genoux dans l’eau pour faire quelques exercices : retirer le détendeur, le perdre, le récupérer, continuer d’expirer, inspirer, retirer l’eau du masque, souffler. Paniquer un peu quand même, trop de bulles ; respirer, doucement, apaisée. Nager, égaliser, descendre, voler. Première plongée, 11 mètres ; Pauline est presque plus impressionnée que nous (on devait en faire 6). Shark Island ensuite, 12 mètres, des coraux (en vie), des poissons, des anémones, un requin zèbre dans le sable. Épuisés, on nous avait prévenu. Manger au Tropicana, planifier tranquillement la suite.

Cette semaine, on a retrouvé la lune – elle avait disparu – et ici elle sourit. On a aussi tenu avec plus ou moins 15 euros par jour et par personne (hébergement et éventuelle location de scooter inclus) excepté le jour de mon anniversaire hein <3. Et aussi, on parle franglais à force de parler anglais.

PS : J’invite tous ceux qui arriveraient ici par hasard à jeter un oeil à mon compte Instagram et aux stories à la une pour illustrer davantage mes propos. Je constate – après coup – que de vivre pleinement le moment présent implique aussi de ne pas systématiquement penser à prendre de beaux clichés pour illustrer l’article sur le blog, pardon et merci à mon binôme pour les photos (et pour tout le reste).

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.